Voici le sommaire du premier numéro de la revue CAFÉ ! Dix textes, dix langues et… douze traducteurs et traductrices.
Un voyage vers un avenir parfois espéré… et hélas souvent désespérant.

Quelqu’un qui ne ressemble à personne (کسی که مثل هیچ کس نیست)
Une poésie de Forough Farrokhzâd traduite du persan par Sepideh Nikoukar
Quand un enfant rêve à l’arrivée d’un Messie

Le salut des citadins (Silavên Bajariyan)
Une nouvelle de Menaf Osman traduite du kurde par Firat Baran et Sibel Er
Un avenir écartelé entre lutte et amour

Statistiques (Statistika)
Une nouvelle de Karel Poláček traduite du tchèque par Chantal Dauphin
Après le bac, on verra…

Autocollant (Αυτοκόλλητο)
Une nouvelle de Yannis Palavos traduite du grec par Clara Nizzoli
Une satire onirique de la crise


Au travail (퇴근)
Une nouvelle de Cheon Myeong-Kwan traduite du coréen par Callisto Vesin
Une dystopie humaniste contre le capitalisme

Relation programmée (Tervezett kapcsolat)
Une nouvelle de János Lackfi traduite du hongrois par Roxana Giba
Désamours robotiques

L’employé de garde (Päivystäjä)
Une nouvelle de Leena Krohn traduite du finnois par Elisa Morange
Le business de la vie éternelle

En l’an un million (في سنة مليون)
Une nouvelle de Tawfiq al-Hakim traduite de l’arabe par Florian Targa
Ni Dieu ni Mort : un futur en quête d’avenir

Les planètes invisibles (看不见的星球)
Un récit de Hao Jingfang traduit du chinois par Morgane Kervinio
Voyage vers une planète imaginaire et utopique

Dans la peur invisible nous avons vu (見えない恐怖のなかでぼくらは見た)
Un poème de Maeda Arata traduit du japonais par Clément Dupuis
Imaginer demain après Fukushima